Forum Bleujonquille
Si vous êtes inscrit pensez à vous identifier

Merci
Forum Bleujonquille


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  ContactContact  
Partagez | 
 

 Décès du Commandant Hélie Denoix de Saint-Marc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Christian CALET
Admin
avatar

Année d'Incorpo. : 1970
Messages : 70
Date d'inscription : 04/01/2013
Age : 65
Localisation : I.D.F

MessageSujet: Décès du Commandant Hélie Denoix de Saint-Marc   Mar 27 Aoû - 11:11

Bonjour à tous

triste nouvelle....

Journal du Centre du 27 août



En complément http://www.heliedesaintmarc.com/

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://30e-bca-bcp-gcm-gc.forum-actif.info/forum
Gérard Messens
Secrétaire Général
avatar

Année d'Incorpo. : 1966
Messages : 219
Date d'inscription : 29/01/2013
Age : 69
Localisation : Absurdie

MessageSujet: Re: Décès du Commandant Hélie Denoix de Saint-Marc   Mar 27 Aoû - 17:18

Bonjour à tous,
bonjour Christian,

merci tout d'abord de nous rappeler le départ de ce grand bonhomme.
Sans chercher, j'ai reçu ce qui suit, on parle beaucoup mieux que je ne saurais le faire !


Volontairement, j'ai censuré une ligne... :twisted: 


Citation :
Hélie Denoix de Saint-Marc s’est éteint ce matin. Ce grand soldat et patriote a combattu toute sa vie le totalitarisme. Très jeune, dans la résistance, ce qui lui valut d’être déporté, puis comme officier parachutiste de la Légion étrangère, contre le communisme en Indochine, et contre le FLN en Algérie.

On tentera à l’occasion de sa mort de distinguer, entre ses engagements, ceux qui demeurent « politiquement corrects » de ceux qui sont toujours calomniés, comme le fait de s’être dressé contre l’affreux abandon, par le pouvoir politique, de nos compatriotes d’Algérie, « pieds-noirs » chassés de leur terre, « harkis » livrés aux égorgeurs, etc. Ce qui lui valut cinq années de prison.

On aura tort de faire cette distinction. Les événements d’aujourd’hui donnent raison à Denoix de Saint-Marc.

Aujourd’hui, les partis de la trahison nationale sont toujours à l’œuvre.
Et cette fois-ci, les Français sont le dos au mur.
Puissent-ils s’inspirer de l’exemple de ceux qui ont fait passer l’intérêt de la Patrie avant celui de leur carrière personnelle.



______________________



______________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christian CALET
Admin
avatar

Année d'Incorpo. : 1970
Messages : 70
Date d'inscription : 04/01/2013
Age : 65
Localisation : I.D.F

MessageSujet: Re: Décès du Commandant Hélie Denoix de Saint-Marc   Mar 27 Aoû - 17:30

Bonjour à tous
bonjour Gérard

un autre témoignage

http://www.lefigaro.fr/culture/2013/08/26/03004-20130826ARTFIG00259-mort-d-helie-de-saint-marc-homme-de-refuset-de-reconciliation.php

La messe d’enterrement sera célébrée par le Cardinal BARBARIN vendredi 30 août 15h00 à la cathédrale ST JEAN à Lyon

La famille Denoix de Saint Marc est apparentée aux du Cheyron du Pavillon dont un des membres fut chef de corps (25 octobre 1944-25 juin 1945) du 30ème Bataillon de Chasseurs Lorrains  , avant sa fusion le 15 janvier 1945 avec le 30ème Bataillon de Chasseurs  Charentais du Lt-Colonel Rogez; il devient alors le 30ème Bataillon de Chasseurs Portés sous les ordres du CBA DOR.

cordialement

_________________


Dernière édition par Christian CALET le Mar 27 Aoû - 21:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://30e-bca-bcp-gcm-gc.forum-actif.info/forum
Thierry GUYON
Webmaster
avatar

Année d'Incorpo. : 88-90
Messages : 262
Date d'inscription : 03/07/2012
Age : 49
Localisation : Blaye (33)

MessageSujet: Re: Décès du Commandant Hélie Denoix de Saint-Marc   Mar 27 Aoû - 19:10

Paris le 27 août 2013

Message urgent à l'attention des membres et amis de l'UNP

Objet : Décès du chef de bataillon (ER) Hélie Denoix de Saint Marc, magnifique soldat et exceptionnelle figure des légionnaires parachutistes

L'hécatombe meurtrière qui décime encore les rangs des Grands Anciens se poursuit.
Une immense figure des légionnaires parachutistes connue dans le monde entier, un soldat remarquable, un homme d'honneur vient de nous quitter.
Né le 11 février 1922 à Bordeaux, le chef de bataillon Hélie Denoix de Saint Marc, Grand Croix de la Légion d’Honneur, titulaire de 13 citations, prestigieux fleuron de notre histoire para, membre du comité d'honneur de l'UNP, s'est éteint le lundi 26 août matin à l'âge de 91 ans à La Garde-Adhémar, dans la Drôme.

Un survol rapide de sa carrière témoigne de ses brillants états de service.

Hélie de Saint Marc entre dans la Résistance (réseau Jade-Amicol) en février 1941, à l'âge de 19 ans après avoir assisté à Bordeaux à l'arrivée de l'armée et des autorités françaises d'un pays alors en pleine débâcle. Arrêté le 14 juillet 1943 à la frontière espagnole à la suite d'une dénonciation, il est déporté au camp de Buchenwald.
Envoyé au camp satellite de Langenstein-Zwieberge où la mortalité dépasse les 90 %, il bénéficie de la protection d'un mineur letton qui le sauve d'une mort certaine. Ce dernier partage avec lui la nourriture qu'il vole et assume l'essentiel du travail auquel ils sont soumis tous les deux. Lorsque le camp est libéré par les Américains, Hélie de Saint Marc gît inconscient dans la baraque des mourants. Il a perdu la mémoire et oublié jusqu’à son propre nom. Il est parmi les 30 survivants d'un convoi qui comportait plus de 1 000 déportés.
À l'issue de la Seconde Guerre mondiale, âgé de vingt-trois ans, il effectue sa scolarité à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr.
Hélie de Saint Marc part en Indochine en 1948 avec la Légion étrangère au sein du 3e REI. Il vit comme les partisans vietnamiens, apprend leur langue et parle de longues heures avec les prisonniers Viêt-minh pour comprendre leur motivation et leur manière de se battre.

Affecté au poste de Talung, à la frontière de la Chine, au milieu du peuple minoritaire Tho, il voit le poste qui lui fait face, à la frontière, pris par les communistes chinois. En Chine, les troupes de Mao viennent de vaincre les nationalistes et vont bientôt ravitailler et dominer leurs voisins vietnamiens. La guerre est à un tournant majeur. La situation militaire est précaire, l'armée française connaît de lourdes pertes. Après dix-huit mois, Hélie de Saint Marc et les militaires français sont évacués, comme presque tous les partisans, mais pas les villageois. « Il y a un ordre, on ne fait pas d'omelette sans casser les oeufs », lui répond-on quand il interroge sur le sort des villageois.
Son groupe est obligé de donner des coups de crosse sur les doigts des villageois et partisans voulant monter dans les camions. Les survivants arrivant à les rejoindre leur racontent le massacre de ceux qui avaient aidé les Français. Il appelle ce souvenir des coups de crosse sur les doigts de leurs alliés sa blessure jaune et reste très marqué par l'abandon de ses partisans vietnamiens sur ordre du haut-commandement.

Il retourne une seconde fois en Indochine en 1951, au sein du 2e BEP , peu de temps après le désastre de la RC4, en octobre 1950, qui voit l'anéantissement du 1er BEP. Il commande alors au sein de ce bataillon la 2e CIPLE (Compagnie indochinoise parachutiste de la Légion étrangère) constituée principalement de volontaires vietnamiens. Ce séjour en Inchochine est l'occasion de rencontrer le chef de bataillon Raffalli, chef de corps du 2e BEP, l'adjudant Bonnin et le général de Lattre de Tassigny chef civil et militaire de l'Indochine, qui meurent à quelques mois d'intervalle.

Recruté par le général Challe, Hélie de Saint Marc sert en Algérie, notamment aux côtés du général Massu. En avril 1961, il participe – avec le 1er REP, qu'il commande par intérim – au putsch des généraux, dirigé par le général Challe à Alger. L'opération échoue après quelques jours et Hélie de Saint Marc décide de se constituer prisonnier.
Comme il l'explique devant le Haut Tribunal militaire, le 5 juin 1961, sa décision de basculer dans l'illégalité était essentiellement motivée par la volonté de ne pas abandonner les harkis, recrutés par l'armée française pour lutter contre le FLN, et ne pas revivre ainsi sa difficile expérience indochinoise. À l'issue de son procès, Hélie de Saint-Marc est condamné à dix ans de réclusion criminelle. Il passe cinq ans dans la prison de Tulle avant d'être gracié, le 25 décembre 1966.

Après sa libération, il s'installe à Lyon avec l'aide d'André Laroche, le président de la Fédération des déportés et commence une carrière civile dans l'industrie. Jusqu'en 1988, il fut directeur du personnel dans une entreprise de métallurgie.

En 1978, il est réhabilité dans ses droits civils et militaires.

À partir de 1989, Laurent Beccaria écrit sa biographie.

Belle plume, devenu écrivain à succès, il publie plusieurs livres. "Les Champs de braises" sorti en 1995 est couronné par le Prix Fémina catégorie essai en 1996.
Puis pendant 10 ans, Hélie de Saint-Marc parcourt les États-Unis, l'Allemagne et la France pour y faire de nombreuses conférences.

En 1998 et 2000, paraissent les traductions allemandes des Champs de braises (Asche und Glut) et des Sentinelles du soir (Die Wächter des Abends) aux éditions Atlantis.

En 2001, le Livre blanc de l’armée française en Algérie s'ouvre sur une interview de Saint Marc.

En 2002, il publie avec August von Kageneck — un officier allemand de sa génération —, son quatrième livre, Notre Histoire, 1922-1945, un récit tiré de conversations avec Étienne de Montety, qui relate les souvenirs de cette époque sous la forme d'entretiens, portant sur leurs enfances et leurs visions de la Seconde Guerre mondiale.

À 89 ans, le 28 novembre 2011, dans la cour d'honneur des Invalides, il est fait Grand-Croix de la Légion d'honneur par le président de la République, Nicolas Sarkozy.


Officier brillant atypique, homme d'honneur exceptionnel au parcours hors du commun, il rejoint ses frères d'armes partis avant lui. La famille légionnaire et parachutiste en deuil le salue avec déférence et admiration.

Puisse Saint Michel l'accueillir sur la piste sans fin et la longue route des parachutistes au sein de la grande cohorte des glorieux et prestigieux soldats disparus.
Au nom de l'UNP et de tous ses membres, je présente nos condoléances attristées à sa famille, et leur exprime notre douloureuse sympathie. Nous partageons leur peine et nous associons à leur tristesse.
Le lieu et le jour des obsèques viennent d'être fixés.

La messe d’enterrement du commandant Hélie Denoix de Saint Marc sera célébrée par le cardinal Barbarin vendredi 30 août 15h à la cathédrale Saint Jean de Lyon, suivie par une inhumation dans l’intimité familiale.

Afin d’accompagner le commandant Denoix de Saint-Marc dans son dernier voyage, je demande à tous ceux qui le pourront, et principalement aux membres des sections Rhône Alpes, d'assister en tenue UNP avec les drapeaux des sections aux cérémonies ou de s'unir par la pensée et l'intention à ceux qui seront présents.
Par avance, je vous en remercie et sais pouvoir compter sur votre entière solidarité envers une grande figure du monde légionnaire parachutiste et un frère d'armes prestigieux au passé exceptionnel.

Avec ma fidèle amitié para.

Général (2S) Christian PIQUEMAL
Président national de l'UNP

_________________



Apprendre à connaître les anciens, c’est pour les jeunes Chasseurs vouloir les imiter un jour.


" Quand le drapeau avance, il faut le suivre ; quand il tombe, le relever pour le porter toujours plus loin ". Colonel DRIANT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleujonquille.fr
 
Décès du Commandant Hélie Denoix de Saint-Marc
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» commandant Hélie DENOIX DE SAINT MARC
» HELIE DENOIX DE SAINT MARC
» en 1988 lettre ouverte au père DELARUE, par Hélie Denoix de Saint Marc
» décès du commandant Roger PHILIPPON
» Décès du commandant Raymond Muelle...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Bleujonquille :: IN MEMORIAM-
Sauter vers: