Forum Bleujonquille
Si vous êtes inscrit pensez à vous identifier

Merci
Forum Bleujonquille


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  ContactContact  
Partagez | 
 

 Lucien Duval

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thierry GUYON
Webmaster
avatar

Année d'Incorpo. : 88-90
Messages : 262
Date d'inscription : 03/07/2012
Age : 49
Localisation : Blaye (33)

MessageSujet: Lucien Duval   Mer 16 Avr - 21:51

Chers Amis,

C’est avec une grande émotion, surprise, stupéfaction et très profonde tristesse que j’apprends par courrier ce matin le décès de notre ami Lucien Duval le 11 avril dans sa 93ème année.

Lucien fut longtemps le trésorier de la FNAC où il a beaucoup travaillé avec rigueur et sérieux comme à son habitude.
Lorrain plutôt que de rester en zone annexée par les allemands il s’est engagé au Bataillon de la Garde à Hyères dans l’Armée d’armistice.
Il y était sergent et avait sous ses ordres le Chasseur Jean Paul Rouanet.
En novembre 1942 la Bataillon a été dissous lorsque les allemandes ont envahi la zone libre.

Plutôt que de risquer de servir comme malgré nous dans l’armée allemande ou encore de devoir partir au STO Lucien s’est engagé dans la résistance dans le Dauphiné.
Courrier pour la résistance il faut dénoncé et capturé par les allemands.
Il s’évada des locaux de la Gestapo de Grenoble (lors du Congrès de Grenoble il me montra de quel étage il avait alors sauté) blessé grièvement à l’œil par une sentinelle allemande il fut aussitôt repris et hospitalisé.

De là ses camarades déguisés en allemands le font évacuer dans une fausse ambulance. L’infirmière qui le soigna ensuite s’appelait Jocelyne qui par la suite devint Madame Lucien Duval.

Président de l’Association des réseaux de la France combattante il était commandeur de la Légion d’Honneur.

A l’Amicale du Bataillon de la Garde Lucien a beaucoup fait et donné tout comme à la FNAC où il a longtemps été conseiller fédéral et notre spécialiste financier.

Calme posé et efficace il rayonnait par sa chaleureuse amitié.

Une page de notre Fédération et des Anciens du Bataillon de la Garde se tourne.

Avec Alim nous avons partagé de fantastiques moments dont leurs 50 ans de mariage (en famille où nous étions les intrus, mais ses amis) dans un moulin de l’est de Paris.
Je suis très triste.

Ayant parlé récemment avec Lucien, je savais que le départ de Jocelyne l’avait beaucoup attristé et profondément atteint. Sa Jocelyne qui lui avait sauvé la vie pendant la guerre.

J’ai donc été fort surpris et ému.

Bien tristement à tous avec toute mon amitié

Philippe LHERMITTE

Un dernier hommage lui sera rendu. La cérémonie religieuse aura lieu le vendredi 18 avril 2014 à 9h30 en la basilique Sainte Denys d'Argenteuil, place place Jean Eurieult suivie de l'inhumation au cimetière du Père Lachaise à Paris, dans le caveau de l'Ordre de la Libération (entrée: 3 avenue Gambetta) à 11h30.

_________________



Apprendre à connaître les anciens, c’est pour les jeunes Chasseurs vouloir les imiter un jour.


" Quand le drapeau avance, il faut le suivre ; quand il tombe, le relever pour le porter toujours plus loin ". Colonel DRIANT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleujonquille.fr
Christian CALET
Admin
avatar

Année d'Incorpo. : 1970
Messages : 70
Date d'inscription : 04/01/2013
Age : 65
Localisation : I.D.F

MessageSujet: Re: Lucien Duval   Dim 20 Avr - 16:13

Bonjour à tous,

Hommage rendu par le Secrétaire d'Etat aux Anciens Combattants à notre éminent camarade :


http://www.defense.gouv.fr/salle-de-presse/communiques/secretaire-d-etat-aux-anciens-combattants-et-a-la-memoire/disparition-de-monsieur-duval-lucien

Je remercie chambarrand, membre  du forum MAQUISARDS DE FRANCE  d'avoir publié en juillet 2011 cette photo de Lucien et que je lui emprunte aujourd'hui :



ainsi que le sujet qu'il lui consacrait le 21 septembre 2009 :


" Un petit récit, les amis de Dissidence44 le retrouveront aussi sur leur forum...

bonne lecture

La cellule KARCIAL du réseau F2 (réseau Franco Polonais)

En février 1943, Lucien DUVAL arrive à Grenoble, il vient d’être recruté par un réseau de la résistance (réseau F2 dont il ignorera, durant toute cette période l’origine et le nom)

Le réseau F2 est un réseau essentiellement « orienté» vers l’espionnage, la « centrale » se trouve dans la région de Nice dans un premier temps, elle déménagera ensuite vers Aix les Bains/Chambéry en 1944.

Le type de renseignement transmit vers Londres par les radios du réseau est en majorité du renseignement concernant l’armée Allemande (base de sous-marins, longueur d’onde des V1 et V2, emplacement des rampes de lancements…)

Lucien DUVAL va s’installer à Grenoble avec son camarade Roger PORNET, ils emménageront en Mars 1943 au 1 rue de Miribel, juste au dessus du garage des voitures Gonio de la Gestapo.

Sous le pseudonyme de HENRI, Lucien DUVAL va organiser la cellule de transmission KARCIAL.
Cette cellule comprendra plusieurs « pianistes » (surnom des radios clandestins) :
Jacques AARONSON (EDOUARD)
Roger BARRIERES (DANIEL)
Georges DURANCEAU (JACQUES)
Jean MILGRAM (GEORGES)
Paul VOUREY (CHARLES)

Au début, les radios seront construites par le réseau lui-même, les postes de taille importante seront cachés dans de nombreuses maisons du département.
Citons les villes et villages suivants :

Grenoble, Rives, Montmélian, Voiron, Trévignin, Theys, Chaloux, Valence, Allevard, Saint Pierre de Chartreuse, Saint Marcellin, Vinay, Beaurepaire, Gillonay, Villard de Lans, Saint Pierre d’Entremont.

Ainsi durant 1943, de très nombreux messages envoyés vers Londres partiront de ces différents lieux.
A Vinay, c’était place de la Halle, l’émetteur était caché dans le grenier de Victorin MARTIN, charron de son état.
A Rives, il était chez M et Mme GUILLOT( ou GUYOT) (emplacement du collège actuel)
A St Quentin sur Isère, le poste était « planqué » dans une sorte de grange à 3 niveaux, au Moulin de M Léonce POULAT (aujourd’hui démolit )

A Grenoble, un poste émetteur était planqué dans le grenier du Palais de Justice… !

En tout, c’est environ 43 personnes qui participaient activement à ce réseau dans la région (les « boîtes aux lettres », les « courriers », les gardiens des radios, les techniciens, les gens qui hébergeaient les postes émetteurs…etc…)

Si ce réseau a connu une durée de « vie » importante, c’est en partie grâce aux règles de sécurité draconiennes imposées par Lucien DUVAL

Le 14 mars 1944, Lucien DUVAL sera arrêté par la gestapo à Aix Les Bains (sur dénonciation).
Transféré au siège Grenoblois de la gestapo, il sera torturé et ne parlera pas.
Le 19 mars, il tentera de s’évader du 6ème étage de l’immeuble 28 cours Berriat.
Une chute terrible, arrivée blessé en bas de l’immeuble, une sentinelle allemande lui tirera une balle dans la tête…celle-ci ressortira par l’œil laissant Lucien DUVAL grièvement blessé.
Transporté à l’hôpital de la Tronche, au pavillon BRENIER, il restera en convalescence jusqu’au 18 avril, date à laquelle ses amis de toujours vont monter une incroyable évasion…

Edgar LECKIEN sera le chauffeur d’une opel récupérée par un couple de grenoblois, Jean MAIER un autrichien déserteur de l’armée allemande sera un agent de la gestapo, Edgar Leckien et René REYMOND seront revêtus de l’uniforme de la Wehmacht, l’évasion a été préparée par René DEREL qui a placé des hommes du groupe Vallier à la sortie de l’hôpital en cas de coup dur…

Arrivé dans la place, les 3 comparses vont se révéler d’excellents acteurs ! en vociférant, armés de mitraillettes, il vont aller jusqu’à la chambre de DUVAL, vont le faire sortir en produisant un faux ordre de transfert, René DEREL, policier est à l’attente au commissariat central et attend le coup de fil de l’hôpital pour contrôler l’ordre de transfert, il menace le standardiste alors que les sentinelles appellent le central et l’empêche de répondre…
Il couvre ainsi la fuite des trois hommes et des prisonniers récupérés.

Car un autre résistant nommé GARNIER sera même emmené avec Lucien DUVAL, cette évasion spectaculaire laissera une marque indélébile dans l’histoire de la résistance Grenobloise…le personnel de l’hôpital médusé regardera partir le faux commando et ses prisonniers n’osant pas imaginer quel sera le sort des deux bléssés !

Ramené au 1 rue de Miribel (au dessus du garage des voitures gonio de la gestapo), Lucien DUVAL sera soigné par Jocelyne, une jeune grenobloise qui quelques années plus tard deviendra sa femme.

Pour ceux que cette histoire intéresse, voir deux livres :
Lucien DUVAL : un lorrain au service de la croix de Lorraine 1940 1945 autoédition
Jean MEDRALA : les réseaux de renseignement Franco Polonais édition de l’Harmattan

Lucien DUVAL est toujours vivant, il est sur la région parisienne, membre d’honneur de la fondation de la résistance et vice président national de l’association des médaillés de la résistance Française


Merci à M. Paul BURLET, vice président de l’association Nationale des médaillés de la résistance Française pour m’avoir fait rencontrer Lucien DUVAL et m’avoir donné son témoignage sur le radio Maurice AGNEL qui fut hébergé chez ses parents, ainsi que les informations concernant les centres de formation de radio clandestins dans la région des Chambarans…

Enfin,toute ma reconnaissance et merci à M .Lucien DUVAL avec qui j’ai eu l’honneur et l’immense plaisir de discuter et qui a répondu à toutes mes questions sur le réseau Karcial et ses radios (merci aussi pour l’envoi de documents) de même que Messieurs Roger PORNET et Roger BARRIERES, membres du réseau F2 cellule radio Karcial, avec qui j’espère encore vivement partager les récits de cette période.

Je terminerai avec un extrait de l’allocution de M Jacques CHIRAC en date du 15 octobre 2003 lors du 60ème anniversaire de la création de la médaille de la résistance française par le Général De GAULLE

…Pour récompenser la Résistance et ses soldats sans uniforme, alors que notre pays entre dans une période cruciale pour son avenir, le Chef de la France Combattante ressent " la nécessité d'une nouvelle institution, une institution particulière, notamment différente de la Croix de Guerre, qui serait en quelque sorte la cadette de l'Ordre de la Libération et porterait témoignage d'actions très remarquables exécutées en dehors des conditions ordinaires de la lutte ". Par une ordonnance du 9 février 1943, le général de Gaulle décide de créer la Médaille de la Résistance française. Elle distinguera, devait-il écrire, " une élite spontanément jaillie des profondeurs de la nation et, qui, bien au-dessus de toute préoccupation de parti ou de classe, se dévouera au combat pour la libération, la grandeur et la rénovation de la France ".
La Médaille de la Résistance a été conférée à 64 000 Résistants ou Français Libres, civils ou militaires. 20 000 d'entre eux l'ont reçue à titre posthume. Dix-sept villes et villages de la métropole, ainsi que le territoire de la Nouvelle-Calédonie, vingt-deux unités militaires et quinze autres collectivités civiles se la verront décerner. Créé en 1999 par une loi votée à l'unanimité par l'Assemblée nationale et le Sénat, le Conseil national des communes " Compagnon de la Libération " pérennise la mémoire de la Médaille de la Résistance.
Ce sont ces femmes, ces hommes, ces villes, ces villages, ces hôpitaux, ces abbayes, ce lycée et ces vingt-deux unités des trois armes que je salue respectueusement en vous accueillant aujourd'hui dans ces lieux où le général de Gaulle a laissé une marque si profonde.
J'ai tenu à le faire pour vous marquer la gratitude et le respect de la France, car vous avez écrit, avec vos compagnons disparus, l'une des plus belles épopées de notre histoire. J'ai tenu à le faire pour vous exprimer notre fidélité et notre estime. Comme il est gravé au revers de la Médaille de la Résistance, " la patrie n'oublie pas ". Elle n'oublie pas le magnifique élan d'espérance que vous lui avez donné, ni l'héritage de cet acharnement séculaire que vous lui avez transmis.

Je sais que l'Association des Médaillés de la Résistance, présidée par Jean-Jacques de Bresson, que je suis heureux de saluer, a réalisé un très beau livre. Madame Michèle Alliot-Marie, Ministre de la Défense, absente aujourd'hui de Paris, et Monsieur Hamlaoui Mekachera, Secrétaire d'Etat aux Anciens Combattants, qui ont apporté leur soutien à cette entreprise, peuvent en témoigner. Je sais aussi qu'une exposition sur la Résistance vient d'être inaugurée à l'Hôtel de Lassay. Je tiens à vous féliciter de ces initiatives et je veux remercier toutes celles et tous ceux qui ont contribué à leur réalisation.
Je souhaite m'associer aux manifestations organisées à l'occasion de ce 60e anniversaire en désignant cinq Résistants, cinq parcours exemplaires, cinq expériences uniques qui, chacune dans sa diversité, illustrent ce que fut la Résistance. Et c'est à ces cinq que je vais maintenant, si vous le voulez bien, m'adresser.
Monsieur Lucien DUVAL
M. Lucien DUVAL n'a pas 19 ans lorsqu'en mai 1940, ce Lorrain d'origine s'engage pour la durée de la guerre. A la dissolution de son bataillon de chasseurs alpins, il entre au réseau F 2 à Grenoble où il est responsable des liaisons avec Londres. Arrêté à Aix-les-Bains en mars 1944, interrogé et torturé par la Gestapo, il ne dit rien. Repris lors d'une tentative d'évasion, gravement blessé -il perdra un oeil-, il est hospitalisé à Grenoble dans un secteur très surveillé d'où un commando réussit à le faire évader. A peine rétabli, il rejoint l'état-major du maquis de la Vienne et participe aux combats de la Libération. Tout juste démobilisé, il entre à la Société Usinor-Sacilor où il fera une brillante carrière.
M. DUVAL exerce depuis de nombreuses années d'importantes responsabilités au sein des associations d'anciens combattants. Il est depuis 1969 Président de l'Amicale du réseau F 2 et, depuis 1970, membre du Comité directeur du Comité d'Action de la Résistance. Vice-Président de l'Association nationale des Médaillés de la Résistance française depuis près de dix ans, il est membre fondateur de la Fondation de la Résistance.
M. Lucien DUVAL sera dans un instant promu Commandeur de la Légion d'honneur."

cordialement SalutS

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://30e-bca-bcp-gcm-gc.forum-actif.info/forum
 
Lucien Duval
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DELETTRE Louis Lucien
» à la recherche Lucien Tabury
» Les photos de Lucien Martinot
» Décès de Lucien Neuwirth - SAS
» Inquiétude pour le général Lucien Le Boudec

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Bleujonquille :: IN MEMORIAM-
Sauter vers: